Brèves paroissiales

Proposition du diocèse de Nanterre : Soirée Couples confinés mercredi 22 à 20h45

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voici le lien vers le site du diocèse pour envoyer vos questions : https://diocese92.fr/Soiree-Couples-Confines

Deuxième dimanche de Pâques

Chers paroissiens, chers tous,

Vous trouverez ci-dessous une vidéo afin de permettre un moment de prière en paroisse. Vous y entendrez des chants, l'évangile du deuxième dimanche de Pâques, différents commentaires (dont celui du Père Alain, rédigé plus bas). Prions ensemble, restons unis ! 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Commentaire pour l’apparition de Jésus à Thomas. ( Jn 20, 19-31)

Nous avons vu le Seigneur

Les disciples sont réunis et Jésus apparait au milieu d’eux. C’est depuis l’assemblée réunie qu’émerge l’annonce : Nous avons vu le Seigneur ! C’est ce que disent les disciples à Thomas qui n’était pas présent. Il arrive que des disciples du Christ s’absentent !

« Les disciples réunis », c’est la messe, ce rassemblement où Jésus Vivant est au milieu de nous et qui nous manque en ces semaines.

C’est de l’assemblée réunie par le Christ qu’émerge la foi en son nom. Souvent les catéchumènes sont impressionnés (lors de la vigile pascale) quand, après avoir proclamé leur foi, ils entendent l’assemblée reprendre fermement et avec ferveur : « Nous croyons ».

Thomas, l’absent, n’en est pas moins la figure du croyant généreux (En Jean 11, il a proposé aux autres disciples d’accompagner Jésus et de mourir avec lui) et exigeant. Il veut croire, mais pour cela, demande quelque chose de l’ordre de la preuve.

Jésus la lui accorde mais d’étonnante manière : en lui montrant ses plaies. Jésus ne lui montre pas d’abord sa victoire mais il lui remémore la manière dont il est mort, dont il a donné sa vie. La foi en est approfondie :

Nous fêtons à Pâques, la Victoire de celui qui est descendu dans la mort, de celui qui a connu les souffrances. La mort fut vaincue, là où, à vue humaine, elle a semblé gagner.

Et le Fils Unique a vécu la mort et la désespérance… Dieu connaît cela.

En montrant ses plaies, Jésus manifeste à Thomas qu’il connaît la vie humaine jusque dans la mort en supportant la souffrance.

 

La mort par l’épidémie qui tue tant de personnes actuellement, qui plonge brutalement les proches dans le désarroi et qui fragilise notre société, peut sembler gagner.

 

Jésus est descendu avec nous dans la mort ; à nous maintenant d’accepter de remonter avec lui dans la vie, avec confiance, en l’écoutant.

Il dit « la paix soit avec vous », « je vous envoie ».

Au lieu où la mort semble gagner, à côté des mourants, à côté de ceux qui s’angoissent, aux soignants et aux aidants épuisés… disons leur : « la Paix de Jésus soit avec vous ».

 

La Paix, dite avec foi, pour que le mourant soit moins angoissé au moment du Passage.

La Paix, dite avec conviction, pour que les soignants ne soient pas seuls à porter le soin du monde mais qu’ils le fassent avec la certitude que le Dieu de la vie combat avec eux.

La Paix, dite avec amitié à tous ceux qui sont endeuillés, pour dire que de l’Espérance peut habiter le deuil.

La Paix, dite avec recueillement, pour que tout notre être en soit habité et que nous cessions de nous laisser envahir par le trouble… afin d’être plus fort pour combattre le mal.

 

Nous sommes Thomas : nous avons reçu de l’assemblée réunie l’annonce : Il est vivant. Nous l’avons interrogé : manifeste-toi à moi, pour que personnellement je crois en Toi. Nous lui avons presque demandé : donne-nous la preuve de ton existence… ou quelque chose comme cela.

Il nous a dit : je partage vos vies, vos joies, vos peines et j’annonce la proximité du Royaume.

Alors nous témoignons de la Paix reçue de Celui que nous appelons « mon Seigneur et mon Dieu ».

Pour finir, comme le dit la parole évangélique de ce dimanche, il y aurait encore tant à dire sur sa Présence dans notre vie, mais le don de la Paix reçue et partagée suffit pour aujourd’hui.

Que le Seigneur nous aide à nous tenir du côté des croyants et avec ceux qui ne connaissent pas Dieu et qui ont tant besoin de cette Paix, aussi !

Père Alain Lotodé

Avril 2020

Il est vivant ! Alleluia !

Il est vivant ! Chantez le Christ ressuscité avec quelques jeunes de l'Orchestre en ce dimanche de Pâques ! 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Exultet ! Nuit de Pâques

Quelques jeunes de l'Orchestre des jeunes proposent le titre de Glorious "Exultet" pour célébrer la Nuit de Pâques ! Chantons avec eux ! 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vendredi Saint

Vendredi Saint - Méditation sur la Passion du Seigneur, autrefois appelée Office des Ténèbres

Vendredi Saint 2020

La célébration du Vendredi Saint cette année, en cette période de pandémie, porte bien le nom d’Office des Ténèbres. En effet, c’est bien l’Office des ténèbres pour Jésus et pour tous les hommes. L’heure de la domination des ténèbres. Ténèbres dans lesquelles le Christ, Lumière des hommes, est arrêté, capturé. Ténèbres des cœurs qui le condamnent, ténèbres de la corruption des cœurs qui détruit le Juste. Ténèbres du mensonge qui nie la Vérité. Ténèbres de la violence et du meurtre qui veulent anéantir celui qui est la Vie des hommes. Ténèbres de la mort et du tombeau. Ténèbres de la souffrance, de l’abandon et du néant où même Dieu le Père semble absent. Toutes les ténèbres des hommes que Jésus choisit de prendre sur Lui pour nous en délivrer et faire jaillir par Lui en nous, la Lumière et la Vie.

Durant cet office, la méditation de la Passion de notre Seigneur nous emmène avec Lui dans les ténèbres. L’Esprit Saint nous donne alors de voir avec les yeux de la foi comment Il nous en délivre. Ensuite, il y a la longue prière d’intercession pendant laquelle, avec le Christ et par le Christ, nous portons tous ceux qui sont dans les ténèbres ; nous prions pour tous ceux qui travaillent contre les ténèbres dans notre monde aujourd’hui. Dans l’épreuve, la maladie la mort et le deuil ; dans la tentation ou dans le péché, dans la déréliction ou le désespoir ; dans la misère ou dans l’injustice, nous prions pour tous ceux qui subissent les ténèbres, qu’ils en soient les victimes, qu’ils en soient les auteurs ou les complices. Nous prions pour tous. La grande prière d’intercession du Vendredi Saint communie à celle du Christ en croix.

Après cette prière nous vénérons la croix que le Christ a portée. Nous nous approchons du Christ souffrant, aimant, sauveur. Nous nous approchons du Christ en croix, reconnaissant que là Jésus porte nos propres fardeaux et nos propres péchés. « C’est nos souffrances qu’il portait, nos douleurs dont il était chargé » (Isaïe). Nous nous approchons de Jésus avec nos propres fardeaux ainsi que les fardeaux des hommes dont nous sommes solidaires, à l’image du Christ en croix. C’est l’heure des ténèbres, pourtant nous ne nous approchons pas de la croix comme des vaincus, car le Christ, descendu dans les ténèbres ultimes du tombeau, est sorti vainqueur des ténèbres. « La Lumière brille dans les ténèbres et les ténèbres ne l’ont pas captée » La croix du Christ n’est plus faite d’un bois mort mais d’un bois vivant de la sève vivifiante de son sang qui est la Vie et de l’Esprit Saint. Amen.

RP. Xavier de Antonio

Jeudi Saint - Commentaire

Jeudi Saint 2020

« Si je ne te lave pas, tu n’auras pas de part avec moi » dit Jésus à Pierre alors que déclare refuser le geste de service qu’est le lavement des pieds salis par le voyage.

Tout d’abord, notons que le geste du service est bien présent dans les moments que nous vivons : tant de gens sont au service, pour soigner et organiser toute la suite de soins, pour faire fonctionner la société, pour écouter les autres, pour rendre le service du quotidien. En son nom ou pas… Nous constatons que beaucoup aident, et donnent (de) leur vie. Et nous, nous en rendons grâce à Dieu.

Mais qu’est-ce qu’avoir part avec Lui en ces jours où nous sa communauté ne peut se rassembler et recevoir sa présence eucharistique ?

Qu’est-ce que se laisser aujourd’hui laver les pieds par le Christ ?

« Sachant qu’il est sorti de Dieu et qu’il s’en va vers Dieu » nous est-il dit quelques versets précédents. Il vient de Dieu, alors sa Parole ne ment pas, il s’en va vers Dieu alors son avenir ne ment pas.

Se laisser laver les pieds par Lui ? Se laisser fortifier par la Parole de vérité qu’il est avec nous tous les jours… Quand les accablements du temps peuvent nous fragiliser par l’impression d’être seuls dans nos problèmes ou seuls collectivement face à l’épidémie.

Se laisser laver les pieds ? Se laisser consoler et habiter par Sa Confiance dans le Père, qu’il rejoindra après les épreuves, après la Croix. Que notre tristesse pour ceux qui sont partis, emportés par l’épidémie, soit habitée par cette confiance du Fils de Dieu.

Se laisser laver les pieds ? Le laisser être notre compagnon de route, il n’est pas de trop d’être plusieurs.

Se laisser laver les pieds ? Le laisser être notre Seigneur, celui qui envoie l’Esprit. Tant de choses se disent : de la raison à la panique, du catastrophisme à la bonne volonté, recevons son Esprit de vérité pour discerner ce qui juste, profond et vrai.

Seigneur Jésus en ce jour où tu lavas les pieds des disciples, renouvelle-nous en nous confiant sans cesse au Père.

P Alain Lotodé

Messe du Jeudi Saint célébrée en privé en l'église Saint Gilles

 

 

 

 

 

 

 

Jeudi Saint - Invitation au Triduum pascal

Invitation au Triduum pascal

Nous entrons dans le Triduum pascal, ces jours saints fondateurs de notre foi en Jésus-Christ. Triduum si particulier en cette année 2020.

Je vous invite, chez vous (seul, en couple, en famille, avec ceux qui sont confinés avec vous) à prendre le temps de lire les Evangiles (et autres lectures bibliques) de ces jours-là. Et parce que la foi en Jésus est à la fois « Parole de vie reçue » et « gestes de vie donnés », je vous invite à faire les gestes.

Vous trouverez chez vous :

Comment célébrer le lavement des pieds, pour apprendre à servir comme le Christ,

Comment vénérer une croix, pour adorer Celui qui a donné sa vie pour nous,

Comment prier silencieusement le samedi, pour apprendre à veiller en des temps d’abandon et de difficultés comme aujourd’hui,

Comment avec une bougie, un petit feu pascal, une fleur… célébrer la Victoire du Christ sur la mort, sa Victoire pour nos propres combats contre la mort.

Ou avec des reproductions artistiques anciennes ou récentes.

Cela peut-être l’occasion d’éteindre les écrans… à vous de voir !

A saint François, à saint Gilles, dans le diocèse et dans le monde, nous continuerons de prier les uns pour les autres, pour les mourants et les malades et les soignants, tous ceux qui aident, pour la consolation des angoissés et la résurrection de ceux qui sont partis ces jours-ci.

Force de notre foi : alors que les nouvelles sont graves et angoissantes par plein d’aspects… nous célébrons le Christ ! Il est la Confiance gardée en Dieu le Père (même au jardin des Oliviers), le Service pour le Salut, jusqu’au don de la vie, la force de la vie spirituelle dans les tourments… et la Victoire de la vie, Victoire de Dieu venant demeurer en nous.

Bon et fécond Triduum 

La communauté ne sera pas réunie mais nous demeurons en lien (cf. les propositions sur les sites des paroisses et nos chaînes What’s app).

Père Alain Lotodé

Cure de Saint Gilles de Bourg La Reine et Saint François d’Antony

Mardi Saint - Commentaire de l'Evangile

Commentaire évangile du Mardi Saint, 7 avril 2020

(Jn 13, 21-33. 36-38)

Jésus vit son dernier repas avec ses disciples. Il les invite à se souvenir de la Pâque juive pour signaler qu’Il sera celui qui nous fera triompher de l’esclavage de la mort. Cette annonce se situe entre la trahison de Juda et  le reniement de Pierre.

Juda n’a pas trouvé en Jésus le messie de Dieu qu’il espérait pour rétablir le règne des Juifs en Israël, Pierre aime son maître mais laissera vite la peur le dominer.

En Romains 5, nous entendons ceci : 07 Accepter de mourir pour un homme juste, c’est déjà difficile ; peut-être quelqu’un s’exposerait-il à mourir pour un homme de bien. 08 Or, la preuve que Dieu nous aime, c’est que le Christ est mort pour nous, alors que nous étions encore pécheurs.

Jésus donne sa vie pour nous alors que si souvent comme Juda, nous ne désirons pas de Dieu ce qu’il veut nous donner. Comme Juda, nous voudrions aujourd’hui qu’il stoppe mécaniquement la progression du virus, qu’il guérisse massivement et miraculeusement les malheureux malades.

Comme Pierre, notre foi est profonde mais parfois bravache et pas très courageuse ! Et vite, si vite, l’adversité du moment, la progression de la maladie, introduit en nous le doute envers Dieu.

Alors en ces jours qui mènent Jésus à la Passion, simplement quelques instants contemplons-le.  Après, nous lui parlerons, après nous demanderons, mais contemplons-le du repas partagé au Golgotha.

Et nous verrons, ce qu’est vraiment donner sa vie et faire confiance au Père des Cieux. C’est cela notre richesse, notre force, notre vocation.

Et l’actuelle situation réclame cela de nous : donner sa vie, aider, se manifester, écouter, soigner… rester chez soi ou sortir (selon la manière dont notre métier nous invite à servir).

Entre trahison et reniement, Jésus, nous laisse sa Personne, sa foi au Père, son Espérance du jour du Jugement, alors l’œuvre désespérante de la mort peut reculer et laisser entrevoir l’avenir...

Alain Lotodé

Curé de S. Gilles et S. François d’Assise d’Antony

 

 

La Semaine Sainte avec la paroisse Saint Gilles

 

Dimanche 5 avril 2020 : Dimanche des Rameaux

Cette année, le rameau peut être toute branche vivante que l’on trouve même dans son appartement, sur son balcon, dans son jardin. Ceux-ci pourront être bénis notamment par Mgr Rougé par une liaison en direct depuis Sainte-Marie des Fontenelles le 5 avril à 9h30 (https://www.youtube.com/user/diocesedenanterre/videos). A Saint-Gilles, les prêtres de la paroisse célèbreront la messe à 10h00 et vous pourrez lire la bénédiction de vos rameaux sur le site paroissial dimanche matin

La Semaine Sainte à Saint-Gilles

La Feuille paroissiale nous accompagnera avec des commentaires envoyés par mail et sur le site pour les jours saints.

Nous proposons un rendez-vous paroissial de prière, tous au même moment :

A 12h00, confions-nous au Père avec le « Notre Père, reçu du Christ, notre force et notre espérance en ces temps qu’il nous faut confier à Dieu.

Jeudi saint 

Célébration de la Cène du Seigneur à 19h00. Le rite du Lavement des pieds peut se vivre en famille.

Vendredi Saint

Célébration de la Passion du Seigneur à 19h00

Dans la « grande prière universelle, une prière sera dite pour ce temps particulier d’épidémie ».

Vigile pascale

Célébration à 19h00

Avec une prière particulière pour les catéchumènes dont les baptêmes seront célébrés bientôt mais pas ce soir et pour les morts de l’épidémie en espérance du Jour de Dieu.

Dimanche de Pâques

Célébration à 10h00

Avec une prière particulière pour les catéchumènes dont les baptêmes seront célébrés bientôt mais pas ce jour et pour les morts de l’épidémie en espérance du Jour de Dieu.

Pages