Prêtres n'exerçant plus à Saint-Gilles

Père Hugues Morel d’Arleux

Il a été le curé de la paroisse Saint-Gilles entre le 1er septembre 2011 et le 31 août 2017.

Eléments biographiques 

  • Enfance à Garches 
  • Etudes de Chimie-Physique à Paris 
  • Formation au Séminaire Saint-Sulpice d’Issy-les-Moulineaux
  • Ordonné diacre le 11 octobre 2003 puis prêtre le 19 juin 2004 par Mgr Gérard Daucourt 
  • Missions : Vicaire à Rueil-Malmaison (2004-2010) puis à Châtenay-Malabry (2010-2011) 

Vous pouvez lire une présentation plus complète (et teintée d’humour) qu’il a faite de lui-même dans la feuille paroissiale de rentrée...

... ainsi que la présentation en miroir écrite par l’EAP dans la feuille paroissiale suivante !

Il a également répondu aux questions de Bourg-la-Reine Magazine dans son numéro d’octobre 2011 (voir la rubrique « La parole à... » page 24).

 


René Mars, prêtre en situation de retraite, résidant à Paris

Lui envoyer un email

« Je suis né à Paris en 1925 et ai grandi entouré de mes six frères et sœurs. Ayant vécu la seconde guerre mondiale, j’ai été éduqué à la liberté et à l’espérance – et cela m’a aidé tout au long de ma vie de jeune homme et de prêtre.

Après le baccalauréat, j’ai fait des études en mathématiques. Mon temps de séminaire s’est déroulé dans le contexte de l’immédiat après-guerre. J’y ai beaucoup profité du contact avec les anciens prisonniers et déportés. Ce fut une période difficile mais très riche. Ordonné en 1949 à Paris, j’ai d’abord été aumônier de lycéens et d’étudiants, puis j’ai été dans diverses paroisses des Hauts-de-Seine : Vanves, Rueil-Malmaison, Issy-les-Moulineaux, Meudon et enfin, Saint-Gilles de Bourg-la-Reine, où je suis arrivé en 2000.

Je continue à exercer mon ministère de prêtre en célébrant la messe et en « rendant des services » à la paroisse (c’est le résumé de la mission qui m’a été confiée par Monseigneur Favreau lors de mon arrivée ici).

J’ai vécu le concile avec joie et espérance. Depuis ce temps, mon espérance reste que l’Eglise continue à proposer à tous un climat de liberté, ce qui permet de vivre et de s’épanouir dans la foi et, de ce fait, en un mot, d’être vraiment des hommes. »

Depuis le printemps 2016, le père Mars réside à la Maison Marie-Thérèse, 277 boulevard Raspail à Paris.

Père Côme de Jenlis

Côme de Jenlis commence sa formation de séminariste juste après le baccalauréat par une année de propédeutique à Neuilly chez les sœurs de St Thomas de Villeneuve.

S’ensuivent les deux premières années de séminaire, correspondant au 1er cycle, à Issy-les-Moulineaux et parallèlement une insertion en paroisse à Asnières, puis il part un an en coopération à Hong Kong grâce aux M.E.P. (Missions Étrangères de Paris).

Au terme de cette année à l’étranger, il revient à Issy-les-Moulineaux afin de poursuivre le 2nd cycle : d’abord en paroisse à Courbevoie pour les deux premières années, et maintenant à Bourg-la-Reine, pour les deux dernières. Il a été ordonné prêtre le 24 juin 2017. 

En-dehors de ses études, Côme aime aussi le sport (course à pied ou football), le chant, la lecture. Il débute le polonais et le piano et s’essaie à la calligraphie.

Une interview retraçant le parcours de Côme est visible sur ce lien.

 

Louis Rubin, aumônier du foyer Notre-Dame

« Je suis né à Neuilly en 1932, d’une famille résidante à Paris depuis plusieurs générations. A 17 ans, j’ai été employé de banque durant trois ans. A 20 ans, j’ai fait dix-huit mois de service militaire dans la marine. Je suis rentré au séminaire, dont les années ont été coupées par un rappel de dix mois en Algérie.

Ordonné prêtre à l’âge de 29 ans, je suis toujours resté en paroisse dans le sud du département des Hauts-de-Seine - sauf lors d’un séjour d’un an à Jérusalem.

Aujourd’hui, je suis à mi-temps au service des résidentes d’un foyer de polyhandicapées sourdes-muettes à Bourg-la-Reine, et à mi-temps à la paroisse Saint-Gilles, où j’habite.

J’y assure avec les autres prêtres la liturgie du dimanche et celle des sacrements et j’accompagne une équipe du Mouvement des chrétiens retraités, une équipe Espérance et vie et l’équipe d’animation de la préparation au mariage. Je participe aussi à l’équipe locale du CCFD, à une autre équipe attentive aux problèmes du logement, ainsi qu’à diverses rencontres proposées par des groupes de la paroisse. »

 

Alfred Rutagengwa, prêtre de passage en séjour d’étude

« Je suis né le 15 avril 1971 au Rwanda, où j’ai une famille : mes parents, deux sœurs et un petit frère.

Dès l’école primaire, ma vocation était claire : je souhaitais servir Dieu. Ainsi j’ai commencé en tant que servant de messe et participais également à la Chorale. Au petit séminaire, l’engagement des pères salésiens dans l’éducation des jeunes, tant par leur dévouement, leur implication pleine et entière, que par leur amour constant du prochain, m’a beaucoup marqué. J’ai été ordonné le 15 septembre 2001, puis j’ai assumé diverses missions au diocèse de Byumba (à 60km de Kigali) : la coordination des activités pastorales diocésaine, la formation continue des prêtres et la commission diocésaine des vocations et de la vie consacrée.

Par la suite j’ai entrepris auprès de l’Institut Catholique de Paris une maîtrise en sciences de l’éducation à la paroisse Saint Jean-Baptiste de La Salle, de 2006 à 2008.

De retour dans mon diocèse, et soutenu par des associations françaises (FRERE, OTM et surtout AEM), j’ai participé à la construction d’une école assurant les niveaux de la maternelle au lycée, proposant l’internat, et qui compte aujourd’hui plus de 1000 élèves. L’école soutient aujourd’hui la scolarité de plus de 30 élèves pauvres en prenant en charge les frais de scolarité. Ce projet m’a établi comme un canal de la générosité des français.

Je poursuis à présent une thèse dans la lignée de ma maîtrise : « L’éducation des jeunes dans une société en profonde mutation socio-économique et culturelle : cas du Rwanda ». Elle devrait durer 2 ans, mais j’espère l’écourter à 1 an.

Concrètement, à Bourg-La-Reine, je fais partie de l’équipe des prêtres, et nous nous répartissons donc régulièrement les célébrations : messes, enterrements,... La devise qui m’aide chaque jour et représente le pilier de ma foi est la parole de Jésus : « Que ta volonté soit faite ». Elle permet de s’oublier soi-même à la volonté de Dieu en cas d’épreuve !

J’aimerais tous vous remercier pour votre accueil très chaleureux qui m’a permis de m’intégrer rapidement ! En particulier l’équipe des prêtres qui a pris soin de moi et m’a procuré tout ce dont j’aurais pu avoir besoin sans même avoir à demander ! »

 

Christophe Witko, curé de septembre 2002 à août 2011

Lui envoyer un email

« Je suis né dans le sud-est de la Pologne en 1963 ; j’ai été ordonné prêtre dans mon diocèse natal en 1987, donc peu avant la chute du communisme.

Après mon baccalauréat passé en 1982 à Lubaczow, j’ai suivi des études supérieures de philosophie durant deux ans à la Faculté de Théologie de Przemysl, puis suis entré à l’Université Catholique de Lublin où j’ai obtenu la licence en théologie en 1987. Devenu prêtre, j’ai été vicaire dans une paroisse de mon diocèse en 1987-1988. De 1988 à 1995, j’ai poursuivi des études spécialisées en théologie patristique, dogmatique et sacramentaire à l’Institut Catholique de Paris, études couronnées par le doctorat en théologie en 1995.

J’ai exercé mon ministère pendant 4 ans à Lviv en Ukraine (1995-1999) où j’ai participé à la mise en place du grand séminaire catholique de rite latin et enseigné la patristique et la dogmatique.

Revenu en France, j’ai été vicaire à Saint-Cloud avant d’être nommé en septembre 2002 curé de la paroisse Saint-Gilles à Bourg-la-Reine, et également, depuis septembre 2005, curé de Saint-François à Antony. En 2007, j’ai été incardiné dans le diocèse de Nanterre par Monseigneur Gérard Daucourt.

Dans mon ministère presbytéral, centré sur le mystère de Pâques, je m’efforce de présenter la foi chrétienne à mes contemporains sans me laisser enfermer dans un système de pensée unique et exclusif. »